var Phenix = function () {
Troll du Web depuis 1996

Le culte de la vitesse des navigateurs

C’est devenu une mode parmi les navigateurs : toujours plus vite, toujours plus rapide. Et c’est à travers des vidéos comme celle pour Google Chrome que certains s’expriment.

La course à la vitesse, voila le nouveau credo des navigateurs, toujours plus vite, toujours plus rapide.

Le publique à reçus cela avec beaucoup d’enthousiasme : c’est comme les voitures, plus elles vont vite, mieux c’est, quand bien même la vitesse serait limité sur les routes. Et comme avec les grosses voitures, les gens ce trouvent toute une pléiade d’excuses pour changer. J’en veux pour preuve cet article : l’auteur explique qu’il est passé de Firefox à Chrome pour sa vitesse. Par la suite, il nous justifie son choix en présentant quelques extensions, déjà disponible dans Firefox depuis longtemps. L’argument des extensions n’est pas vraiment recevable tant Firefox a une longueur d’avance sur tout les autres.

Mais jusqu’où les navigateurs iront dans le culte de la vitesse ?

La réponse est simple : jusqu’à ce que nos connexions internet ne suivent plus ou que nos machines ne soit plus assez puissantes.

Dans le premier cas, on a pas trop à s’en faire, le haut débit est largement suffisant pour afficher une page web, pour peux qu’elle ne soit pas trop riche en image et vidéo. D’autant plus que dans certains pays, la fibre optique commence à ce démocratiser.

Dans le second cas par contre, cela pourrait posé quelques problèmes. De nos jours, un « ordinateur de bureau » classique est largement suffisant pour visiter n’importe quel page web. Dans un avenir relativement proche, certaines pages web pourrait demander une configuration minimal pour être afficher. Ce qui me fait dire ça ?

Une des amélioration majeur de Firefox 4 est l’accélération matériel, c’est à dire, pouvoir utiliser la puissance de calcule de la carte graphique pour « rendre » des pages web. Cela découle du HTML 5, qui offre la possibilité d’accéder aux pixels des images et de « jouer » avec. Une révolution, car jamais on avait eu autant de possibilité, mais à double tranchant, car cela demande beaucoup plus de puissance de calcule, les modifications étant calculé en direct par le processeur de la machine (et avec Firefox 4, l’appui de la carte graphique). Pour des animations simples comme on commence à en voir sur le net, cela ne pose pas de problème, votre ordinateur de bureau pourra certainement s’acquitter de la tâche, mais je vois d’ici les dérives du système, et certaines pages risque de demander de véritable monstre pour s’afficher.

Bref, je pense que dans le web de demain, un ordinateur d’aujourd’hui pourrait rencontrer quelques difficulté s’il n’est pas correctement équipé.

Cela dit, je relativise, les webmasters sont pour la plus part des gens soucieux du grand publique, et optimiseront au mieux ces nouvelles technologie pour que le plus grand nombre puissent en profiter. Je suis plus inquiet de ceux qui les embauches par contre.

Autre point à prendre en compte : Demain, beaucoup d’ « ordinateur de bureau » seront équipés de carte graphique et de processeur plus puissant, on peu donc ce dire qu’ils seront toujours suffisant pour naviguer sur le web.

Conclusion ? Je ne suis pas près de quitter Firefox.