var Phenix = function () {
Troll du Web depuis 1996

La France est une dictature, longue vie à l’empereur Sarkozy !

Nous y sommes : la loi LOPPSI a été votée en France, et avec elle, le fameux article 4 qui permet de « bloquer » un site Internet sans passer par le pouvoir judiciaire .

Ce simple fait, classe la France en tant que dictature membre de l’Union Européenne. Et j’exagère à peine ! La censure (le blocage c’est pareil) d’un site Internet sans passer par un juge est l’apanage des plus grandes dictatures de ce monde malade, la Chine la première ou des bloggeurs croupissent en prison parce qu’ils osent critiquer le régime communiste.

Concrètement, il s’agit de bloquer les sites pédo-pornographique. Aux yeux d’un néophyte, cela pourrait paraître une bonne chose, à mes yeux, c’est du grand n’importe quoi !

Premièrement, combien d’entre vous sont déjà tombé sur un site pédopornographique ? Personnellement, jamais. La raison est simple, ce genre de contenu se trouve souvent dans les eaux les plus trouble du web, le risque de tomber dessus en utilisant un moteur de recherche est très faible. Les gens qui diffusent ce genre de merdes se cache bien sur !

Deuxièmement bloquer un site Internet, c’est soit atomiser une mouche avec un bazooka et faire beaucoup de dommages collatéraux soit totalement inefficace. Un site Internet est rarement seul sur une machine, bloquer une IP (le bazooka) revient à bloquer tous les sites de cette machine, souvent des centaines de sites...
Si vous filtrez un nom de domaine, je peux très bien en changer... Et c’est comme si vous n’aviez rien fait.

Et enfin troisièmement, on ne bloque pas un site pédopornographique, non : on le détruit, on poursuit ces créateurs, et on les traine devant les tribunaux !

Mais revenons à LOPPSI .

Il est prévu d’étendre le blocage au « Raison d’état »... Soit tout et n’importe quoi, en somme, le président (et ses copains), vont pouvoir s’amuser a censurer tout et n’importe quoi en évoquant cette fameuse raison d’état. Tout cela sans contrôle par le pouvoir judiciaire.

Quand le pouvoir législatif peut se passer du pouvoir judiciaire pour faire appliquer une loi, est-ce qu’on est toujours dans une démocratie ?