var Phenix = function () {
Troll du Web depuis 1996

Trucs et astuces

Préparer Ubuntu 14.04 pour le développement web local

Voici quelques notes que je publie, c’est la configuration que j’utilise quand j’installe Ubuntu (ici la version 14.04) :

Installer le serveur web

Ils sont cool chez Canonical, il y a une commande tout simple qui installe tout d’un seul coup. Enfin presque, on va la compléter un peu :

  1. sudo apt-get install lamp-server^ php5-gd php5-sqlite php5-curl php5-xdebug

Le ^ à la fin est indispensable ! ce n’est pas une faute de frappe.

Donner un nom au serveur Apache

Chaque fois que Apache va redémarrer, il va afficher un message d’erreur :

phenix@thanatos ~> sudo service apache2 restart
* Restarting web server apache2
AH00558: apache2: Could not reliably determine the server's fully qualified domain name, using 127.0.1.1. Set the 'ServerName' directive globally to suppress this message

Pour éviter ce message, il faut donner un nom au serveur :

  1. echo "ServerName localhost" | sudo tee /etc/apache2/conf-available/fqdn.conf
  2. sudo a2enconf fqdn

Configurer xdebug

La configuration par défaut de xdebug est un peu légère.
On modifie le fichier de configuration /etc/php5/mods-available/xdebug.ini pour y ajouter ces lignes :

  1. xdebug.max_nesting_level = 1000
  2.  
  3. ; Pas de limite pour l'affichage xdebug
  4. xdebug.var_display_max_depth = -1
  5. xdebug.var_display_max_children = -1
  6. xdebug.var_display_max_data = -1

Augmenter la valeur maximale d’upload

Par défaut, la valeur maximale d’upload est de 2Mo. C’est un poil handicapant de nos jours ou le moindre fichier dépasse facilement cette limite.

Il suffit d’éditer /etc/php5/apache2/php.ini et de modifier les valeurs :

  1. upload_max_filesize = 1024M
  2. post_max_size = 1024M

Dans le même fichier, j’en profite pour afficher les erreurs, et vraiment toutes les erreurs PHP :

  1. error_reporting = E_ALL
  2. display_errors = On

Utiliser un autre répertoire que /var/www

Ensuite, je n’aime pas trop utiliser le dossier /var/www sur lequel pointe localhost par défaut. J’aime bien mettre les fichiers à l’abri dans mon répertoire /home :

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/sites-available/000-default.conf
A la fin de la déclaration du VirtualHost il faut ajouter ceci :

  1. <Directory /home/phenix/Sites>
  2.       Options Indexes FollowSymLinks
  3.       AllowOverride all
  4.       Require all granted
  5. </Directory>

Il faut aussi remplacer la déclaration du DocumentRoot qui se trouve plus haut !

Maintenant, normalement, localhost pointe sur le dossier Sites de mon /home.

Changer les droits d’Apache

J’aime également bien que Apache tourne avec mes droits utilisateurs, cela évite de pas mal de problème d’écriture. Sur un serveur web c’est plutôt déconseillé, mais pour uniquement du local, je ne vois pas trop le mal.

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/envvars et changer les ligne USER et GROUP. Cher moi cela donne ceci :

  1. export APACHE_RUN_USER=phenix
  2. export APACHE_RUN_GROUP=phenix

Activer l’URL_REWRITING

Par défaut, mod_rewrite n’est pas activé. On a déjà préparé le terrain avec AllowOverride all mais il faut encore activer le module :

  1. sudo a2enmod rewrite

Ensuite on redémarre apache :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Expires

Un autre module bien utile : expires, pour les sites qui configure le cache du navigateur via Apache2

  1. sudo a2enmod expires

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Headers

Pour les sites qui manipule les headers via apache2 :

  1. sudo a2enmod headers

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

MySQL

Je ne suis pas un grand fan des tables en InnoDB, depuis le jour ou elles ont toutes crashés lamentablement.
Dans mon domaine, l’utilisation d’InnoDB n’est pas du tout indispensable. MyISAM pourrait même être meilleur car il est plus rapide sur les opérations simples comme SELECT et INSERT.

Du coup, on change le moteur par défaut, en éditant le fichier /etc/mysql/my.cnf.

Dans la section [mysqld] on ajoute la ligne :

default-storage-engine=myisam

Truc en plus

Font Web

Toutes les fonts « web » ne sont pas installés, il faut les demander :

  1. sudo apt-get install ttf-mscorefonts-installer

Drush

Installer Drush pour la gestion de Drupal :

  1. sudo apt-get install drush

Charger PHP Mcrypt

Certaine application comme composer on besoin de Mcrypt, on va donc charger l’extension :

  1. sudo php5enmod mcrypt

Enjoy !



#Firefox à la ramasse ? Virez Firebug !

Comme beaucoup de développeurs web, j’ai toujours délaissé l’inspecteur natif de Firefox pour le remplacer par Firebug.

À l’époque il n’y avait pas de comparaison possible, l’inspecteur de Firefox était un jouet par rapport à Firebug.

Mais ils ont fait du chemin, et après une petite semaine d’utilisation, il remplace avantageusement Firebug : Firefox est beaucoup plus réactif !

J’avais toujours des problèmes avec Firefox, surtout quand je restais dessus de longues périodes avec mise en veille de l’ordinateur, il devenait poisseux, lent. Depuis que j’ai désactivé Firebug, tous ces problèmes on disparut (sparus) !

Bref, pour retrouver un navigateur réactif, il faut prendre un peu de temps pour s’habituer à l’inspecteur natif qui est tout aussi bien que Firebug aujourd’hui.


Activer les plugins sur demande (Firefox)

Depuis la dernière version de Firefox, plus besoin d’installer Flashblock et autres, il en existe un natif à Firefox.
Qui d’ailleurs ne s’arrête pas au flash, il fait tout les plugins.

Pour l’activer, tapez dans la barre d’URL :

about:config

Cherchez « plugins.click_to_play » et passez le a true.

C’est fini !


Fish Shell, un shell tout en couleur !

Voilà une petite trouvaille vraiment indispensable si on travaille beaucoup en ligne de commande : Fish Shell.

Il apporte tout un tas de fonctions hyper intéressantes que ce soit pour ceux qui débutent avec la ligne de commande où si on est un utilisateur avancer : autocomplétion, suggestion, historique, etc.

Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi les autres shell ne sont pas aussi évolué.

Il dispose même d’une web interface en python pour personnaliser tout ça dans les règles ! Que du bonheur.

  1. fish_config
Interface web de Fish Shell

Par contre, il ne prend pas en charge le fichier .profile que vous pourriez avoir créé. C’est relativement embêtant.
Heureusement, j’ai fouillé la doc pour trouver. Il faut créer :

  1. ~/.config/fish/config.fish

Qui se comporte comme un .profile ;).

Cerise sur le gâteau, c’est une licence GNU :)