var Phenix = function () {
Troll du Web depuis 1996

Linux Mint

Dymo Label Writer 450 sous Linux Mint 19.2

Il y a un paquet Ubuntu printer-driver-dymo.

Voir : https://doc.ubuntu-fr.org/dymo

Une fois le driver installer, CPUS semble voir correctement la Dymo et permet même de choisir le format d’étiquette.
L’imprimante est correctement listée.

Par contre impossible d’imprimer depuis un logiciel classique.
L’astuce est d’installer gLabels, de sélectionner le format et cela imprimera !

Il est aussi possible de partager la Dymo en réseau. J’utilise gLabels sur mon portable pour imprimer sur la Dymo de ma tour.

Attention à bien cocher la case « publier les imprimantes » dans les paramètres de Linux Mint :

Sous Windows, le logiciel de Dymo (DYMO Label) pour faire des étiquettes ne semble pas fonctionner avec cette configuration.


Linux Mint mange votre batterie ?

Voici une solution

Si votre laptop semble consommer plus de batterie qu’il ne devrait, désactivez donc les effets de fenêtres (Paramètre > Effets).
Cela semble consommer pas mal de batterie ! Personnellement, j’ai gagné beaucoup d’autonomie avec ce changement.


Resolving .local domains on Linux | Hexblot’s Abode | A Linux Drupal journey in the land of Windows Active Directory

Sur un réseau local, on peut souvent ping les machines Linux via nom_machine.local.
Si cela ne fonctionne plus il suffit d’installer le paquet libnss-mdns et suivre ce tuto pour la config.

En gros, il faut modifier /etc/nsswitch.conf pour changer la ligne hosts par :

hosts: files dns mdns4_minimal [NOTFOUND=return] mdns4

Voir en ligne : Resolving .local domains on Linux | Hexblot’s Abode | A Linux Drupal journey in the land of Windows Active Directory

Un serveur de mail local pour le développement web

Sous Ubuntu 16.04 ou LinuxMint 18

Petite astuce pour avoir un serveur de mail local, qui renvoie tous les mails envoyés par PHP (ou autre) vers username@localhost.

La première chose est d’installer le serveur d’envoi, postfix :

  1. sudo apt install postfix

Il est possible qu’il soit déjà installé, mais pas spécialement bien configurer, pour être certain, il vaut mieux le reconfigurer :

  1. sudo dpkg-reconfigure postfix

Sélectionnez l’option Local uniquement et laisser toutes les autres options par défauts.

Ensuite, j’ai fait une petite page php de test :

  1. <?php
  2. mail('username@localhost', 'test', 'test');

L’envoie du mail devrait alors créer un fichier dans /var/mail/username. Vérifiez que tout ce passe bien :

  1. more /var/mail/username

Vous devriez avoir quelques choses comme ceci dans votre terminal :

From phenix@Thanatos.localdomain  Thu Jun  1 17:23:07 2017
Return-Path: <phenix@Thanatos.localdomain>
X-Original-To: phenix@localhost
Delivered-To: phenix@localhost.localdomain
Received: by Thanatos.localdomain (Postfix, from userid 1000)
        id CF2F385652; Thu,  1 Jun 2017 17:23:07 +0200 (CEST)
To: phenix@localhost.localdomain
Subject: test
X-PHP-Originating-Script: 1000:test_mail_local.php
Message-Id: <20170601152307.CF2F385652@Thanatos.localdomain>
Date: Thu,  1 Jun 2017 17:23:07 +0200 (CEST)
From: phenix@Thanatos.localdomain (phenix)

test

J’ai laissé les valeurs de ma machine, ce sera sans doute différent sur la vôtre.

On peut ensuite configurer Thunderbird pour lire cette boite mail. J’utilise la version 52.1.1.

Fichier > Nouveau > Autres comptes...

Configurez une Unix Mailspool (Movemail).

Voilà, Thunderbird va lire la boite locale.

Rediriger tous les mails vers usename@local

L’idée de base est de recevoir tous les mails envoyés par le serveur dans cette boite, afin de débugger facilement.

On va éditer la configuration de postfix dans le fichier /etc/postfix/main.cf pour y ajouter :

  1. virtual_alias_maps = pcre:/etc/postfix/virtual

Créer ensuite le fichier /etc/postfix/virtual et placez y le code suivant :

  1. /.*@.*/ username

Il faudra également installer le paquet postfix-pcre :

  1. sudo apt install postfix-pcre

Voilà, tout le trafic mail du serveur va aller dans votre boîte mail locale ! Beaucoup plus pratique pour débugger l’envoie de mail de vos applications :) !


Préparer Ubuntu 16.04 ou Linux Mint 18 pour le développement web local

Cet article est une mise à jour de l’article Préparer Ubuntu 14.04 pour le développement web local.

On commence par installer les éléments du serveur web :

  1. sudo apt install lamp-server^ php-gd php-sqlite3 php-curl php-xml php-xdebug php-mbstring

N’oubliez pas que le « ^ » à la fin de lamp-server n’est pas une faute de frappe !

Donner un nom au serveur web

Même si on a plus vraiment de message d’erreur, il est toujours bon de donner un nom au serveur. On fait comme pour Ubuntu 14.04 :

  1. echo "ServerName localhost" | sudo tee /etc/apache2/conf-available/fqdn.conf
  2. sudo a2enconf fqdn

Configurer xdebug

La configuration par défaut de xdebug est un peu légère.
On modifie le fichier de configuration /etc/php/7.0/mods-available/xdebug.ini pour y ajouter ces lignes :

  1. xdebug.max_nesting_level = 1000
  2.  
  3. ; Pas de limite pour l'affichage xdebug
  4. xdebug.var_display_max_depth = -1
  5. xdebug.var_display_max_children = -1
  6. xdebug.var_display_max_data = -1

Augmenter la valeur maximale d’upload

Par défaut, la valeur maximale d’upload est de 2Mo. C’est un poil handicapant de nos jours ou le moindre fichier dépasse facilement cette limite.

Il suffit d’éditer /etc/php/7.0/apache2/php.ini et de modifier les valeurs :

  1. upload_max_filesize = 1024M
  2. post_max_size = 1024M

Dans le même fichier, j’en profite pour afficher les erreurs, et vraiment toutes les erreurs PHP :

  1. error_reporting = E_ALL
  2. display_errors = On

Utiliser un autre répertoire que /var/www

Ensuite, je n’aime pas trop utiliser le dossier /var/www sur lequel pointe localhost par défaut. J’aime bien mettre les fichiers à l’abri dans mon répertoire /home :

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/sites-available/000-default.conf
A la fin de la déclaration du VirtualHost il faut ajouter ceci :

  1. <Directory /home/phenix/Sites>
  2.       Options Indexes FollowSymLinks
  3.       AllowOverride all
  4.       Require all granted
  5. </Directory>

Il faut aussi remplacer la déclaration du DocumentRoot qui se trouve plus haut !

Maintenant, normalement, localhost pointe sur le dossier Sites de mon /home.

Changer les droits d’Apache

J’aime également bien que Apache tourne avec mes droits utilisateurs, cela évite de pas mal de problème d’écriture. Sur un serveur web c’est plutôt déconseillé, mais pour uniquement du local, je ne vois pas trop le mal.

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/envvars et changer les ligne USER et GROUP. Cher moi cela donne ceci :

  1. export APACHE_RUN_USER=phenix
  2. export APACHE_RUN_GROUP=phenix

Activer l’URL_REWRITING

Par défaut, mod_rewrite n’est pas activé. On a déjà préparé le terrain avec AllowOverride all mais il faut encore activer le module :

  1. sudo a2enmod rewrite

Ensuite on redémarre apache :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Expires

Un autre module bien utile : expires, pour les sites qui configure le cache du navigateur via Apache2

  1. sudo a2enmod expires

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Headers

Pour les sites qui manipule les headers via apache2 :

  1. sudo a2enmod headers

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

Activer www.localhost

Parfois, on place des redirections via les fichiers .htaccess pour forcer l’utiliser les www devant le nom de domaine.
Du coup, c’est pratique d’avoir un www.localhost fonctionnel. Il faut pour cela éditer le fichier /etc/hosts pour y ajouter :

127.0.0.1       www.localhost

MySQL

Je ne suis pas un grand fan des tables en InnoDB, depuis le jour ou elles ont toutes crashés lamentablement.
Dans mon domaine, l’utilisation d’InnoDB n’est pas du tout indispensable. MyISAM pourrait même être meilleur, car il est plus rapide sur les opérations simples comme SELECT et INSERT.

Du coup, on change le moteur par défaut, en éditant le fichier /etc/mysql/mysql.conf.d/mysqld.cnf.

Dans la section [mysqld] on ajoute la ligne :

default-storage-engine=myisam

Truc en plus

Font Web

Toutes les fonts « web » ne sont pas installées, il faut les demander :

  1. sudo apt-get install ttf-mscorefonts-installer

Charger PHP Mcrypt

Certaine application comme composer on besoin de Mcrypt, on va donc charger l’extension :

  1. sudo apt install php-mcrypt
  2. sudo phpenmod mcrypt

Bon travail !