var Phenix = function () {
Troll du Web depuis 1996

Facebook

Si on laissait tomber Facebook ?

Un petit article cool, une traduction même, qui mets bien en valeur les dérives de Facebook. Et surtout les risques et les atteintes à la vie privée qui naissent du choix des un de ce passer de Facebook par rapport à ceux qui s’en foutent et l’utilise.
Le tout documentés bien comme il faut.

Un must read en somme ! Merci Framablog !

Voir en ligne : Si on laissait tomber Facebook ?


Non, mais maintenant, #Facebook, ça va trop loin !

En plus d’envahir le web comme moyen de connexion universelle (car oui, maintenant, pour se connecter sur service web, il faut un compte Facebook).

En plus d’avoir considérablement ralenti bon nombre de pages web en imposant sont bouton like partout.

En plus d’être un ennemi de l’anonymat et du pseudonymat.

Voilà maintenant qu’on psychanalyse les comptes Facebook...

Non non, ce n’est pas une mauvaise blague...

Bon, déjà, on constate que c’est encore une belle étude qui utilise... 221 étudiants. L’université de science du Missouri nous avait déjà fait le coup, rappelez-vous !

Bref, internet c’est le mal : si vous téléchargez en P2P vous êtes dépressif et maintenant, si vous avez peu d’amis Facebook, vous êtes Schizophrène, rien que ça...

Ben mon coco ! Tu y vas fort !

Pas autant que les gens de Numerama, puis qu’ils n’hésitent pas a bien rappeler en fin d’article que :

Les polices du monde entier s’interrogent déjà certainement sur l’étrange corrélation qui fait que malgré leur jeune âge, qui rend cette coïncidence frappante sur le plan statistique, des tueurs de masse comme Merah, Breikik, Holmes ou Lanza avaient tous pour point commun de ne pas avoir de page Facebook.

Moi qui n’ai plus de compte Facebook, je suis quoi ? Un dangereux psychopathe sans amis ?
Ça doit être ça...

Ce serait bien de commencer à faire des études sur :

  1. Des étudiants, mais pas que.
  2. Au minimum 100.000 personnes, histoire d’être crédible.
  3. Faire des comparaisons avec ce qui se passe dans d’autres pays.

On pourra alors avoir une base solide pour affirmer quelque chose. Parce que là, c’est loin d’être représentatif. 221 étudiants, de qui ce moque t’on.


Bye bye Zuck

La dernière présentation de Facebook Graph Search m’a incité à accélérer ce qui est ma bonne résolution pour 2013 : avoir une informatique plus saine. J’en reparlerai surement d’ailleurs.

Zukerberg qui présente Graph Search
J’en ai marre de ce con aussi...

Cela inclut de clore les services propriétaire à l’éthique... Même pas douteuse, mais carrément malsaine dans le cas de Facebook.

Au début je ne voulais pas de compte Facebook, c’est suite à des « pressions sociales » que je me suis inscrit. Tout le monde autour de moi en avait un, et personne ne comprenait pourquoi je n’en avais pas. En gros j’ai craqué et j’en ai fait un, pour faire comme tout le monde.

C’était en 2008, de l’eau a coulé. Facebook n’est pas un chevalier de la liberté d’expression comme certains veulent le croire. Facebook est un outil qui permet de rester en contact avec des gens. Ces gens avec qui on ne serait plus en contact depuis longtemps, si on n’avait pas leur photo de profil dans notre liste d’amis.

D’ailleurs je pense que certains sont morts, numériquement en tout cas, vu ce qu’ils ont comme activité.

De toute façon ça n’a aucune importance, ceux qui veulent vraiment me contacter trouveront toujours un moyen de le faire.

A une époque je trouvais, comme beaucoup, Facebook formidable. Il faut bien se l’avouer, nous aimons communiquer entre être humains, libérer des chaînes du temps et de la timidité qu’implique un face à face. Surtout quand c’est pour parler de nous, aux autres.

Ça fait un moment qu’il est temps de quitter ce navire, car il se cherche un modèle économique aussi farfelu que possible.
Quitter ce navire pour mieux le regarder couler, de loin de préférence, ça éclabousse.

Bref, pour moi, l’année 2013 est une croisade contre l’informatique du mal. Mais on va faire ça en douceur, petit à petit, sournoisement.


Facebook : l’auto-partage à la spotify ? Non merci...

J’avais vu ce news passé, je l’avais mise de côté à cause de l’« affaire » Megaupload. Maintenant que les choses ce sont un peu tassé, j’aimerais revenir sur une nouvelle idiotie sociale de Facebook : la possibilité, pour les applications Facebook, de publier toutes seules des informations sur votre compte !

i don't want to live on this website anymore

Horreur, enfer et damnation ! Déjà que Spotify qui publie spam dans le « ticker » (le bidule à droite avec toutes les « activités »), si toutes les applications s’y mettent, ça va être un beau bordel... Pour l’utilisateur surtout, car le contrôle des informations risque de devenir compliqué. Imaginer, après une journée sur le net, qu’il faille aller sur Facebook pour virer tout ce qui aura été « autopublié » ?

Alors bien sûr, cela restera sous le contrôle du système d’autorisation : si vous n’avez pas autorisé une application a publier sur votre mur, elle ne pourra pas publier... Mais quand même, qui lit les demandes d’autorisations ? Pas grand monde, je pense...

Je vois déjà d’ici les dérives du système et les gens qui ne vont pas le comprendre, autoriser à tour de bras, et avoir du spam massif dans tout les sens.

J’ai toujours vu Facebook avec un oeil noir, je m’autorise à l’utiliser parce que je contrôle ce qui est publié : si je ne donne pas une information à Facebook, bha ils ne peuvent pas la créer, ça permet de rester en contact avec les gens qui ne sont pas du bon côté de la Force . Si par contre, ils commencent à publier tout et n’importe quoi avec un moindre contrôle de ma part, je commence à ne plus me sentir chez moi. Donc je pars !

Source : http://www.20minutes.fr/web/facebook/861892-facebook-preparez-vous-encore-plus-partager-insu-plein-gre