var Phenix = function () {

Troll du Web depuis 1996

Modifier la génération des URLs de #SPIP

SPIP dispose de quelques « schémas » d’URL par défaut. Dans la majorité des cas, ils conviennent aux goûts de chacun.

Cependant, il peut arriver que l’on ait envie de modifier la façon dans les URLs sont créées.
Dans mon cas, j’avais envie de changer les URLs Arborescentes qui créée par défaut un schéma objet/titre.

Cela ne me convenait pas dans le cas des auteurs, auteur/nom_auteur ne signifiait rien, je voulais un visiteur/nom_visiteur.

Ce qu’il faut savoir

SPIP possède une table dans laquelle il place toutes les urls du site. Sans surprise, elle a pour nom... spip_urls.
Une fois qu’une url est ajoutée dans cette base, elle n’en bougera plus. Même si on change de schéma.
Si l’on change le schéma des URLs, les anciennes continueront de fonctionner, en plus des nouvelles.

C’est l’un des rares cas où vider le cache ne suffit pas pour faire des tests, il faut aussi supprimer les URLs de la table. Je vous déconseille fortement de faire cela avec un site en production...

Utiliser les bons pipelines

Il existe 2 pipelines pour modifier les URLs. Toutes ne sont pas modifiables :

  • propres_creer_chaine_url pour les URLs Propres, les URLs Propres+.html et les URLs Libres.
  • arbo_creer_chaine_url pour les URLs Arborescentes.

Ces pipelines retournent un tableau du style :

  1. $flux = array(
  2. "data" => "article/test",
  3. "objet" => array(
  4. "url" => null,
  5. "date" => null,
  6. "id_parent" => null,
  7. "perma" => null,
  8. "titre" => "test",
  9. "lang" => null,
  10. "parent" => '0',
  11. "type_parent" => '',
  12. "type" => "article",
  13. "id_objet" => 24
  14. )
  15. );

L’url se trouve dans la cellule data, il suffit de la modifier !
La cellule objet contient des informations que l’on peut exploiter.

Exemple

Par défaut, les url arbo créent une url auteur/nom_de_l’auteur. Or, j’ai envie de changer et d’utiliser « visiteur » à la place de "auteur’, voici à quoi devrait ressembler mon pipeline :

  1. /**
  2.  * On bricole les URLs dans ce pipeline
  3.  *
  4.  * @param mixed $flux
  5.  * @access public
  6.  * @return mixed
  7.  */
  8. function prefix_arbo_creer_chaine_url($flux) {
  9. // On chope les auteurs pour créer des urls "visiteur"
  10. if ($flux['objet']['type'] == 'auteur') {
  11. // On inclut les fonctions d'édition d'url par sécurité
  12. include_spip('action/editer_url');
  13.  
  14. // Créer une URL "visiteur"
  15. $flux['data'] = 'visiteur/'.url_nettoyer($flux['objet']['titre'],_URLS_ARBO_MAX,_URLS_ARBO_MIN,'-',_url_arbo_minuscules?'strtolower':'');
  16. }
  17.  
  18. return $flux;
  19. }

J’ai repris la fonction url_nettoyer telle qu’elle était utilisée par le core.


Utiliser le critère {recherche} de #SPIP avec PHP

Les boucles SPIP possèdent un mécanisme de recherche particulièrement utile. On utilise le critère recherche.

Cela permet de faire des recherches sur n’importe quel objet SPIP et d’avoir des résultats un peu plus précis qu’un simple LIKE sur une requête SQL.

J’ai découvert qu’on pouvait également utiliser ce système en dehors d’une boucle, avec un peu de PHP :

  1. <?php
  2. $prepare_recherche = charger_fonction('prepare_recherche', 'inc');
  3. list($rech_select, $rech_where) = $prepare_recherche(
  4. _request('recherche'), // Le terme recherché
  5. $objet // L'objet dans lequel on recherche
  6. );

$rech_where contient un WHERE sql qui peut être utilisé dans une requête. Il ne faut juste pas oublie la jointure sur la table spip_resultats :

  1. <?php
  2. // On fait la requête SQL qui va bien
  3. $recherche = sql_allfetsel('*', 'spip_articles INNER JOIN spip_resultats as resultats ON resultats.id=spip_articles.id_article', $rech_where);

Et voilà !


Ajouter une balise #CHERCHER_LOGO à #SPIP

Lorsque l’on veut récupérer le logo d’un objet SPIP, on est obligé de faire quelques choses qui ressemble à :

  1. <BOUCLE_logo(ARTICLES){id_article=1}>
  2. #LOGO_ARTICLE
  3. </BOUCLE_logo>

C’est assez ennuyant, d’autant que cela risque fort de faire une requête SQL alors que la récupération de logo n’en a absolument pas besoin, les fichiers sont stocker sous la forme objetId_objet.xx dans le dossier IMG.

On pourrait espérer que mettre simplement l’identifiant dans la balise récupère le logo, comme le font les balises URL. Malheureusement cela ne fonctionne pas.

Du coup, je me suis inspiré de la balise #INFO_ pour créer une balise #CHERCHER_LOGO :

  1. <?php
  2. /**
  3.  * #CHERCHER_LOGO{objet, id_objet}
  4.  * Retrouver le logo d'un objet sans avoir à lancer tout le système de boucle.
  5.  *
  6.  * @param mixed $p
  7.  * @access public
  8.  * @return mixed
  9.  */
  10. function balise_CHERCHER_LOGO_dist($p) {
  11. $objet = interprete_argument_balise(1, $p);
  12. $id_objet = interprete_argument_balise(2, $p);
  13.  
  14. // Faire la conversion pour la fonction chercher_logo
  15. $objet = "id_table_objet($objet)";
  16.  
  17. include_spip('inc/filtres');
  18. include_spip('public/quete');
  19. $p->code = "http_img_pack(_DIR_IMG.quete_logo($objet, 'on', $id_objet, '', true), '', 'class=\"spip_logos\"')";
  20. $p->interdire_scripts = false;
  21.  
  22. return $p;
  23. }

Voir mon gist : https://gist.github.com/phenix-factory/57cb993512d13fdfee88


Utiliser Google Map pour suggérer des adresses

Lorsqu’on nous demande « d’autocompleter » un champ adresse, il vient immédiatement la question : avec quelle base de donnée ?

Eh bien, avec celle de Google ?

Une petite astuce que j’ai découvert il y a peu, on peut utiliser l’API de Google map pour créer facilement une autocomplétion d’adresse.

Un peu de JavaScript qui va bien :

  1. // Inclure l'API de Google map, il y a un paramètre de pour spécifier qu'on veut la librairie des places.
  2. <script type="text/javascript" src="https://maps.googleapis.com/maps/api/js?libraries=places"></script>
  3. <script type="text/javascript">
  4. $(function () {
  5. var input = (document.getElementById('test'));
  6. var autocomplete = new google.maps.places.Autocomplete(input);
  7. });

Et le html qui va avec :

  1. <input name="Test" type="text" value="" id="test"/>

Et voilà, pas besoin de se casser plus la tête.

Pour ceux qui veulent tester :

https://gist.github.com/phenix-factory/f4d82164f8aee13fb6ec#file-gmap_adresse_autocomplete-html


Préparer Ubuntu 14.04 pour le développement web local

Voici quelques notes que je publie, c’est la configuration que j’utilise quand j’installe Ubuntu (ici la version 14.04) :

Installer le serveur web

Ils sont cool chez Canonical, il y a une commande tout simple qui installe tout d’un seul coup. Enfin presque, on va la compléter un peu :

  1. sudo apt-get install lamp-server^ php5-gd php5-sqlite php5-curl php5-xdebug

Le ^ à la fin est indispensable ! ce n’est pas une faute de frappe.

Donner un nom au serveur Apache

Chaque fois que Apache va redémarrer, il va afficher un message d’erreur :

phenix@thanatos ~> sudo service apache2 restart
* Restarting web server apache2
AH00558: apache2: Could not reliably determine the server's fully qualified domain name, using 127.0.1.1. Set the 'ServerName' directive globally to suppress this message

Pour éviter ce message, il faut donner un nom au serveur :

  1. echo "ServerName localhost" | sudo tee /etc/apache2/conf-available/fqdn.conf
  2. sudo a2enconf fqdn

Configurer xdebug

La configuration par défaut de xdebug est un peu légère.
On modifie le fichier de configuration /etc/php5/mods-available/xdebug.ini pour y ajouter ces lignes :

  1. xdebug.max_nesting_level = 1000
  2.  
  3. ; Pas de limite pour l'affichage xdebug
  4. xdebug.var_display_max_depth = -1
  5. xdebug.var_display_max_children = -1
  6. xdebug.var_display_max_data = -1

Augmenter la valeur maximale d’upload

Par défaut, la valeur maximale d’upload est de 2Mo. C’est un poil handicapant de nos jours ou le moindre fichier dépasse facilement cette limite.

Il suffit d’éditer /etc/php5/apache2/php.ini et de modifier les valeurs :

  1. upload_max_filesize = 1024M
  2. post_max_size = 1024M

Dans le même fichier, j’en profite pour afficher les erreurs, et vraiment toutes les erreurs PHP :

  1. error_reporting = E_ALL
  2. display_errors = On

Utiliser un autre répertoire que /var/www

Ensuite, je n’aime pas trop utiliser le dossier /var/www sur lequel pointe localhost par défaut. J’aime bien mettre les fichiers à l’abri dans mon répertoire /home :

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/sites-available/000-default.conf
A la fin de la déclaration du VirtualHost il faut ajouter ceci :

  1. <Directory /home/phenix/Sites>
  2. Options Indexes FollowSymLinks
  3. AllowOverride all
  4. Require all granted
  5. </Directory>

Il faut aussi remplacer la déclaration du DocumentRoot qui se trouve plus haut !

Maintenant, normalement, localhost pointe sur le dossier Sites de mon /home.

Changer les droits d’Apache

J’aime également bien que Apache tourne avec mes droits utilisateurs, cela évite de pas mal de problème d’écriture. Sur un serveur web c’est plutôt déconseillé, mais pour uniquement du local, je ne vois pas trop le mal.

Il faut éditer le fichier /etc/apache2/envvars et changer les ligne USER et GROUP. Cher moi cela donne ceci :

  1. export APACHE_RUN_USER=phenix
  2. export APACHE_RUN_GROUP=phenix

Activer l’URL_REWRITING

Par défaut, mod_rewrite n’est pas activé. On a déjà préparé le terrain avec AllowOverride all mais il faut encore activer le module :

  1. sudo a2enmod rewrite

Ensuite on redémarre apache :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Expires

Un autre module bien utile : expires, pour les sites qui configure le cache du navigateur via Apache2

  1. sudo a2enmod expires

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

Activer le module Headers

Pour les sites qui manipule les headers via apache2 :

  1. sudo a2enmod headers

On oublie pas de relancer apache pour prendre en compte le nouveau mod :

  1. sudo service apache2 restart

MySQL

Je ne suis pas un grand fan des tables en InnoDB, depuis le jour ou elles ont toutes crashés lamentablement.
Dans mon domaine, l’utilisation d’InnoDB n’est pas du tout indispensable. MyISAM pourrait même être meilleur car il est plus rapide sur les opérations simples comme SELECT et INSERT.

Du coup, on change le moteur par défaut, en éditant le fichier /etc/mysql/my.cnf.

Dans la section [mysqld] on ajoute la ligne :

default-storage-engine=myisam

Truc en plus

Font Web

Toutes les fonts « web » ne sont pas installés, il faut les demander :

  1. sudo apt-get install ttf-mscorefonts-installer

Drush

Installer Drush pour la gestion de Drupal :

  1. sudo apt-get install drush

Charger PHP Mcrypt

Certaine application comme composer on besoin de Mcrypt, on va donc charger l’extension :

  1. sudo php5enmod mcrypt

Enjoy !